Alice de l’autre côté du miroir

2010, Tim Burton réalise que réaliser une adaptation d’un des grands classiques de Disney n’est pas simple. Les critiques de l’époque étaient plutôt salées : scénario creux, trop éloigné du livre d’origine, et des images loin du pays des merveilles.

2016, Tim est parti, et James Bobin est le nouveau réalisateur de la suite d’Alice aux pays des merveilles, à savoir Alice de l’autre côté du miroir. Le monde parait moins fou qu’avant, mais le film parvient quand même à nous transporter dans un nouvel univers.

alice-miroir

L’histoire commence en faisant le lien avec le film précédent. Alice rentre alors de Chine, avec le bateau de son père dont elle est devenue capitaine. Lors d’un gala, elle finit par croiser Absolem, le papillon, qui la dirigera vers le fameux miroir à travers duquel elle passera. L’histoire commence enfin. De l’autre côté du miroir, Alice retrouve le Chapelier fou, souffrant, et ayant perdu la joie de vivre. Il croit que sa famille est encore en vie, mais vit maintenant reclus chez lui car il sait que personne ne le croit. Alice, sur les conseils de la reine blanche part alors à la recherche de la famille du chapelier, et de là s’en suit un voyage à travers le temps.

les-visiteurs-gif

Une fois partie dans les couloirs du temps, Alice y rencontre le temps, car le Temps est Personne dans le film. Son rôle sera d’ailleurs un des principaux dans le film, et un des meilleurs. Depuis son univers complètement métallique, entouré des minutes et des secondes, le maitre du temps va entrainer Alice à travers différentes époques, toujours dans le but de redonner la joie de vivre au Chapelier.

En sortant de la salle, on a une impression de film vraiment destiné aux enfants. Pourtant, pour un film pour enfants, ces voyages à travers le temps ne sont pas une notion forcément facile à comprendre, d’autant plus que les époques ne sont pas forcément marquées visuellement dans le film. On voyage dans des époques qui sont similaires à quelques détails près. Mais finalement, imaginer la même histoire sans ces différentes époques n’empêche pas forcément l’histoire de fonctionner, et comme pour chaque Disney, l’histoire reste compréhensible depuis une lecture adulte comme via une vision d’enfant.

Visuellement, le monde créé pour l’histoire reste très beau à regarder, et notamment le le monde du Temps. C’est peut-être le gros changement par rapport au premier opus d’Alice en 2010 qui était peu travaillé graphiquement (surtout pour du Tim Burton). Alice de l’autre côté du miroir est donc un film agréable à regarder. Sans être extraordinaire, vous passerez un bon moment. Les enfants aussi. Un bon divertissement pour un dimanche d’hiver, cet été.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *